In the wake of Jian Ghomeshi and #beenrapedneverreported: How do we move forward?

One of the most remarkable aspects of the sordid Jian Ghomeshi story has been the ensuing explosion of women’s voices recounting episodes of sexual violence that have gone unreported. #beenrapedneverreported, a hashtag launched by my friend Sue Montgomery of the Montreal Gazette and Antonia Zerbisias of the Toronto Star, has become a sad but necessary global phenomenon. Thousands of women from around the world have used the hashtag to share painful memories sometimes buried decades in the past.

Being able to share these painful memories has had a therapeutic function for many of these women. I can’t imagine what it must be like to go years with the pain and trauma of sexual assault compounded by the feeling that, for a variety of reasons, this pain must be kept secret.

There is undoubtedly a huge range of reasons that women choose not to report episodes of sexual assault. The majority of cases of sexual assault occur at the hands of people who are known to victims, often family members.… Continue reading

Le financement des écoles, prise 2: Une réponse à Jocelyn Maclure

La question du financement des écoles est de la plus haute importance pour la société québécoise. L’école est un des seuls leviers dont dispose l’État pour promouvoir l’égalité des chances. Les enfants naissent dans des conditions fort différentes. Certains naissent pauvres, alors que d’autres naissent riches. Certains naissent dans des familles qui favorisent de toutes sortes de manières le succès scolaire et professionnel de leurs enfants, alors que d’autres naissent dans des conditions familiales plus difficiles. Ces inégalités de conditions initiales risquent fort de se répercuter tout au long de la vie des enfants, à moins que l’école n’intervienne pour égaliser un peu les chances.

Force est de constater que l’école québécoise ne relève que médiocrement le défi de contribuer à une réelle égalité des chances. C’est à mon avis surtout le financement partiel des écoles privées qui pose problème. En effet, en subventionnant les écoles privées à hauteur de 60% environ, l’État québécois permet à la classe moyenne de se désolidariser des tranches moins aisées de la société en envoyant leurs enfants dans des établissements qui ne coutent « que » $3000 ou $4000.… Continue reading

Le financement des écoles privées: le dilemme des progressistes

Le gouvernement libéral contemplerait l’idée de réduire de 50% le financement des écoles privées. Si on considère généralement que 60% du financement des écoles privées subventionnées est public, un rapport récent démontre que le financement public réel du système privé atteint dans certains cas 75%. Le financement de l’éducation primaire et secondaire est un terrain de jeu idéal pour la gauche et la droite. La gauche soutient généralement que le système d’éducation doit favoriser l’égalité réelle des chances et doit, par conséquent, être universel et unique (voir le billet de Ianik Marcil ici). Puisque les écoles privées subventionnées, principalement parce qu’elles attirent les meilleurs élèves et enseignants, offrent en moyenne un meilleur enseignement et encadrement, les jeunes qui les fréquentent partent avec une longueur d’avance par rapport à ceux qui fréquentent les écoles publiques. Un système à « deux vitesses » contribue ainsi à la production des inégalités. C’est pourquoi l’État devrait mettre un terme au financement public de l’école privée.… Continue reading

Language in Quebec Schools: It’s Time for a Rethink

A report on “linguistic indicators in the education sector” published this summer by Quebec’s Ministry of Education reveals that the decline in enrollment in English schools is continuing apace. Somewhere on the order of 15% of the children who received certificates of eligibility to attend English schools in Quebec have ended up in the French school system. The actual proportion of eligible children pursuing their studies in French in Quebec is of course higher. Many parents simply don’t bother to apply for these certificates. My wife was educated in English in Quebec, and so our kids are eligible for English instruction. We applied for a certificate for our eldest daughter, sort of on the “use it or lose it” principle, but we ended up placing her in a French school anyway. We never even considered applying for a certificate for either of our younger kids.

The reason is simple. There are no more really English schools left in Quebec.… Continue reading

The equalization program does not subsidize Quebec’s welfare state

François Boucher (Postdoctoral Fellow, Centre de recherche en éthique, Université de Montréal) and Jocelyn Maclure

It is not unusual to hear Canadians, from all the provinces, including some on the right in Quebec, complaining that fiscal federalism disproportionately benefits Quebec. Central in such concerns is the view that the equalization program allows Quebec to ship the costs of its social programs to the richest provinces, mostly Alberta, and keeps Quebec in a state of economic dependency.

The equalization payment program is enshrined in the Canadian constitution in section 36 of the 1982 Constitution Act, which states that: “Parliament and the government of Canada are committed to the principle of making equalization payments to ensure that provincial governments have sufficient revenues to provide reasonably comparable levels of public services at reasonably comparable levels of taxation” (Subsection 36(2) of the Constitution Act, 1982).

This year, Quebec will receive $9.3 billion from the federal equalization program.… Continue reading

Droit et démocratie: un gouvernement des juges ? (Partie 2)

Comme je l’ai esquissé dans la première partie, la souveraineté populaire et la représentation démocratique d’un côté, et l’État de droit et les droits fondamentaux de l’autre, peuvent être vus comme les deux constellations de principes qui fondent la légitimité des régimes démocratiques contemporains. Il s’agit de deux logiques distinctes qui, bien que complémentaires, s’entrechoquent régulièrement. Alors que la souveraineté populaire stipule que le peuple doit être la source ultime des lois, les principes de l’État de droit et de respect des droits fondamentaux impliquent plutôt que l’exercice du pouvoir se fasse en conformité avec une constitution et que certaines normes doivent être à l’abri de la volonté de la majorité et du gouvernement au pouvoir. Comme on voit mal à partir de quel point de vue nous pourrions établir la priorité de l’une des logiques par rapport à l’autre, il vaut mieux les voir comme également fondamentales et en tension perpétuelle.… Continue reading

Débat sur le franglais: miser sur le pouvoir d’attraction du français

Ce n’est pas d’hier qu’une frange du mouvement nationaliste québécois se lamente de l’état de la culture québécoise et s’inquiète de son sort. Les penseurs phares du néo-nationalisme des années 1960 comme les historiens de l’« École de Montréal » ou des auteurs comme Pierre Vadeboncoeur et Fernand Dumont ont alimenté ce diagnostic pessimiste quant au devenir de l’identité québécoise. Dans un essai publié en 2000, j’ai consacré un chapitre au « nationalisme mélancolique » québécois. L’éventuelle disparition ou folklorisation du français–la « lousianistation » du Québec–est le plus souvent le point focal du discours sombre, et parfois catastrophiste, sur l’avenir de la culture québécoise francophone.

Comme je suis de bonne humeur après une agréable semaine de vacances au Québec, je n’ai pas lu les textes d’opinion sur les Dead Obies, le « franglais » et les menaces de « créolisation » et d’« anglicisation ». Tout ce que je sais vient de ce texte de Marc Cassivi partagé hier par plusieurs de mes contacts sur Facebook.… Continue reading

L’Affaire Bolduc

The honeymoon is over. Three months more or less to the day after having been voted into power in Quebec City with a shiny new majority, Philippe Couillard’s government finds itself embroiled in its first, honest-to-god political scandal. It seems that Yves Bolduc, a physician, who is now in Cabinet as the Minister of Education, but who was Minister of Health under Jean Charest, racked up $215 000 worth of bonuses as a practicing physician while he was in opposition. The opposition, and a good part of the chattering classes, are now clamoring for his head. No less a figure than Claude Castonguay, the father of Quebec’s system of public health insurance, wrote an open letter to Philippe Couillard calling upon the Premier to sack his Minister.

Some context: somewhere close to 30% of Quebeckers do not have a GP. In order to attempt to lower that number, the Charest government (with Bolduc as Minister of Health) instituted an incentive scheme to get general practitioners and family physicians to take on more patients.… Continue reading

Identité: l’obligation de résultat du PLQ

Le gouvernement du Parti libéral a sagement décidé de ne pas déposer en catastrophe un projet de loi sur la laïcité ou la neutralité religieuse de l’État avant la fin de la dernière session parlementaire. La précipitation n’est pas de mise lorsqu’il est question d’enjeux aussi profonds et délicats. Cela étant dit, le gouvernement libéral a maintenant une obligation de résultat dans ce dossier.

Le Parti québécois est entièrement responsable du fiasco qu’a été son projet de Charte de la laïcité. Les problèmes et les risques inhérents à la démarche du PQ ont été identifiés dès que le projet de Charte a été coulé dans les médias. Il faut néanmoins admettre que l’attitude du gouvernement Charest eu égard aux questions identitaires a pavé la voie à l’approche populiste du PQ. On se rappellera que le PLQ a rapidement fait comprendre qu’il ne donnerait pas véritablement suite aux recommandations du Rapport Bouchard-Taylor et qu’il ne voulait pas approcher les questions liées à l’identité et à la place de la religion dans l’espace public avec une perche.… Continue reading

Mariage et union de fait: le paternalisme justifié du Conseil du statut de la femme

Au Canada, c’est au Québec que l’on trouve le plus grand nombre de couples vivant en union de fait. C’est aussi au Québec que le conjoint le plus vulnérable est le moins protégé au moment de la dissolution d’un couple non-marié. Le plus souvent, le « conjoint le plus vulnérable » est la conjointe. En gros, il n’y a pas de véritable partage du patrimoine et le conjoint le plus fortuné n’est pas obligé de verser une pension alimentaire, sauf une pension pour l’enfant né de l’union, le cas échéant.

Au moment du débat sur l’arrêt Éric c. Lola, j’étais malgré tout en faveur du maintien d’une distinction juridique significative entre union de fait et mariage. Cela m’a toujours semblé une question difficile, mais l’existence de l’ « union de fait » en tant que catégorie juridique distincte en droit de la famille offre une option supplémentaire aux couples en matière de vie conjugale.… Continue reading