Les leaders péquistes comprennent-ils leur propre charte ?

Comme le souligne Joseph, l’idée que les entreprises privées pourraient décider d’appliquer la Charte de laïcité est ahurissante. Bernard Drainville, le ministre responsable du dossier, dit depuis le début que les entreprises pourraient « s’en inspirer ». Pauline Marois et François Gendron viennent tout juste d’opiner que les entreprises seront libres d’appliquer la Charte si elles le désirent. Il y a tout lieu de se demander si la première ministre et le vice-premier ministre comprennent leur propre Charte, ainsi que la Charte québécoise des droits et libertés. Questionnés par les journalistes, ils auraient dû préciser que le chapitre 5 du projet de loi 60, à savoir l’interdiction pour tous les employés des secteurs public et parapublic de porter un signe religieux dit « ostentatoire », ne s’applique pas aux entreprises privées, à moins qu’elles soient sous contrat avec le gouvernement. En vertu de l’article 10 de la Charte québécoise des droits et libertés, les entreprises privées ne peuvent discriminer sur la base de l’appartenance religieuse d’un employé.… Continue reading